Thierry Delorme, Directeur de l'agence ORC

Directeur associé de l’agence ORC, Thierry Delorme s’est découvert au fil de son parcours une passion pour la compétition.

"Il faut apprendre à perdre". Thierry Delorme ne pratique pas la langue de bois. Le directeur associé d’ORC, agence spécialisée en Image et Stratégies d’employeurs, n’y va pas par quatre chemins quand il évoque son métier. "Perdre un appel d’offres nous arrive plus souvent que d’en gagner. Je dirais même que le taux de réussite n’est que de 25-30%. Alors il faut savoir rebondir et ne pas relâcher la tension. Même quand on perd, on sort plus intelligent…"

Leader de la communication Corporate et Métiers, l’agence dans laquelle Thierry Delorme a franchi tous les paliers depuis 1998, intervient dans deux domaines : la communication corporate et la communication RH pour des grands comptes tels que Michelin, Elior, Total ou Accenture... Thierry gère à la fois les réponses à appels d'offres et le suivi de certains grands clients, tels que Michelin, Elior, Total ou Accenture. "Le problème, c’est que nous sommes trop nombreux sur la ligne de départ, confie l’ancien étudiant de Sciences Com (promo 1990). C’est une lutte acharnée. D’un autre côté, la compétition, c’est ce que j’aime par dessus tout. " Thierry Delorme apprécie travailler pour de gros clients.

"J’ai toujours été attiré par les "paillettes". Avec les gros clients, les moyens sont au rendez-vous. Si c’était à refaire, j’aurais directement été dans une grande agence car l’intérêt de ma profession est lié aux clients pour lesquels on travaille."

Le directeur associé d’ORC n’a en effet pas emprunté la voie classique pour arriver là où il est aujourd’hui. Il y a vingt ans, il se serait bien vu journaliste, avant qu’une suite de rencontres ne vienne modifier ses envies de jeunesse. En 1989, le Lyonnais d’origine croise un étudiant de Sciences Com sur un salon. Celui-ci le convainc d’intégrer l’école alors située Rue Didienne à Nantes. "Cette école est un développeur de curiosité, avec pour mots clef : ouverture et différence. L’apport y est plus méthodologique que livresque. Et c’est tant mieux, car de toute façon quelle que soit sa formation, quelqu’un qui débarque en agence ne sait rien faire !"

À Sciencescom, un des intervenants, Dominique Dord, alors directeur communication du Conseil régional Rhône-Alpes, lui propose un stage, puis dans la foulée un premier job. "Au Conseil régional, je travaillais beaucoup avec des agences prestataires et c’est à leur contact que j’ai eu envie de faire leur métier. J’ai basculé quatre ans plus tard. " Thierry Delorme est alors embauché par un de ses prestataires, une petite agence de Relations publiques qui le mute à Paris. 

Les premiers temps sont durs. "L’arrivée à Paris, le changement de métier, le travail en solitaire… Mes débuts ont été laborieux, puis j’ai trouvé mon rythme." Un an plus tard, il rallie une agence de stratégie et marketing service, avec notamment General Motors pour gros client. "GM s’implantait en France par le biais de Delphi Automotiv Systems. J’ai créé toute leur com. Cette formidable expérience au sein d’une petite agence a duré trois ans."

 

Promo 1990
Avant SciencesCom : Maîtrise de gestion

 

L'école de la communication et des médias