Responsable de communication événementielle

Des milliers de citrouilles sur le parvis du Trocadéro pour le lancement d’un nouveau téléphone portable ? C’est de la communication événementielle !

Le responsable événementiel doit surprendre, donner dans l’exceptionnel pour communiquer auprès du grand public. Son objectif : asseoir et développer la notoriété de l’entreprise. Sous le côté spectaculaire, il y a une réflexion stratégique : trouver la bonne approche pour séduire le public visé.

Mais l’idée n’est pas tout, le responsable doit aussi veiller sur toute la logistique du projet, de sa conception à sa réalisation. Prendre contact avec les différents prestataires (traiteurs, cameramen, artistes...) et faire face à des impératifs multiples (location de salle, de voitures, conférences de presse...) font partie de son quotidien. Par la suite, il évalue les retombées de l’événement en collaboration avec l’attaché de presse. La communication événementielle peut également s’utiliser en interne. Conventions, colloques et cercles de qualité sont autant de prestations fédératrices autour de la culture d’entreprise.

"Avoir les nerfs solides et rester humble"

Sylvie Blanloeil. Conseil Régional des Pays de la Loire.

Pour Sylvie Blanlœil, “Le métier ne peut pas se faire sans passion, car il est très exigeant !”. Outre un emploi du temps chargé, où il faut constamment enchaîner et jongler entre les évènements, les campagnes de communication et les plans médias, la fonction nécessite une bonne capacité d’adaptation. “Dans une collectivité, les domaines sont particulièrement variés : culture, matériaux composite, recherche, transport, développement économique, éducation... "On change d’univers à chaque fois.”

À la tête d’une petite équipe, Sylvie a un rôle de management important : une fonction très engageante sur le plan relationnel. “Dans une grande collectivité comme la Région, travailler sur un dossier implique de coopérer avec de nombreux partenaires et prestataires. Il faut savoir œuvrer en équipe et établir des relations de confiance.” Pour cela, Sylvie enchaîne rendez-vous, réunions, échanges téléphoniques, déplacements, et montage de projets. Une pression constante pour répondre aux délais, mais qui ne l’empêche pas de rester enthousiaste : “On rencontre tellement de gens différents ! Au niveau enrichissement personnel, mon métier n’a pas de prix.” Dernier conseil de pro : avoir les nerfs solides et rester humble”.

L'école de la communication et des média