Journaliste on line

Avec l’explosion du nombre d’utilisateurs, les nouvelles pratiques des consommateurs et les progrès techniques, la publication d’un site Internet est devenu un passage obligé pour l’ensemble des grands médias et une opportunité pour beaucoup de Web Magazines. Les journalistes se sont adaptés à ce nouveau média qui se nourrit lui-même. Un journaliste on-line va rarement chercher l’info sur le terrain : il la trouve sur le net. Média réactif par définition, le journaliste se doit de réactualiser l’information le plus souvent possible et de réagir au quart de temps. Plus succint que dans la presse écrite, le rédacteur utilise des phrases courtes, concises, pour garder son lecteur et sait émailler son article de liens permettant d’approfondir le sujet. Il incite l’utilisateur à surfer à l’intérieur même du site. Il peut gérer un réseau de collaborateurs externes (pigistes ou auteur concepteur). Il collabore avec l’infographiste et le Webmaster et peut désormais participer à la définition de la ligne éditoriale. Avec l’avènement du Web 2.0, les journalistes on line sont cependant de plus en plus appelés à se déplacer pour produire des images (photo et vidéo).

“On travaille au cœur de l’événement”

Jérôme Bouin . Le Figaro.fr 

Jeune diplômé de la filière Bac +5 Médias, Jérôme n’a pas tardé à être recruté comme journaliste en ligne par le Figaro.fr. Un poste qu’il affectionne particulièrement : “C’est la dernière version du journalisme et c’est très excitant car ça regroupe toutes les autres formes. On produit de l’écrit, du son, mais aussi des photos et de la vidéo.” Une activité passionnante mais aussi exigeante où les qualités de réactivité et la polyvalence sont les maîtres mots. “Quand on reçoit une dépêche d’une agence de presse, il faut vite voir si elle mérite d’être traitée. Puis il faut chercher des infos, croiser les sources et rédiger très rapidement.” Si le travail est encore très technique -le journaliste publie lui-même ce qu’il produit- la dimension journalistique est quand même essentielle. “Ce qui me plait le plus, c’est la variété des contacts et des gens que je sollicite. Hier, j’étais en ligne avec un reporter au Darfour, aujourd’hui je demandais à un membre du gouvernement de réagir sur un fait d’actualité...”. Travailler au cœur de l’événement, toucher à toutes sortes d’infos, progresser au rythme des avancées technologiques, autant de raisons d’être passionné pour une fonction en plein essor.

L'école de la communication et des médias