Journaliste d’entreprise

En quoi consiste le métier de journaliste d'entreprise ?

Informer est la tâche première du journaliste d’entreprise. En interne, c’est auprès des collaborateurs (salariés, direction) qu’il va communiquer sur l’activité de l’entreprise, afin de fédérer et motiver le personnel autour de la vie de la structure. En externe, son travail va consister à faire circuler des informations stratégiques pour l’entreprise, en vue de créer ou renforcer les liens avec ses partenaires (clients, fournisseurs...).

Œuvrant au sein même de la structure ou le plus souvent en agence de communication, il doit donc bien comprendre ce que l’entreprise “veut dire”. Utilisant les techniques journalistiques, il lui faut, à la différence du journaliste de presse, travailler en harmonie avec les axes de communication prédéfinis par l’entreprise. Il va développer un réseau de correspondants dans les services, organiser des conférences de rédaction, et encourager le personnel à écrire ou à proposer des sujets.

De même, il lui est indispensable de bien saisir “l’esprit de l’entreprise”. Ouverture d’esprit et souplesse d’écriture lui permettront alors de retransmettre au mieux le message dans son contexte.

“Relier les lecteurs aux événements principaux de l’entreprise“

Olivier Cremet : Journaliste d’entreprise Groupe Arkéa Crédit Mutuel Brest

Après plusieurs années passées à l’agence Copilote de Quimper, Olivier a rejoint en 2002 le groupe Arkéa Crédit Mutuel.

Bien savoir de quoi on parle

“La mission du journaliste d’entreprise pour résumer, c’est relier les lecteurs aux événements principaux de l’entreprise” explique Olivier. “En agence, il y a une variété de situations. On passe d’un client à l’autre avec une large amplitude de sujets. Au sein d’une entreprise, on est au service d’un seul émetteur avec un cœur de métier bien précis qui nécessite une expertise plus grande.” Bien savoir de quoi on parle : une exigence et une responsabilité quand on doit par exemple expliquer au million de clients ce que recouvre tel nouveau dispositif ou taux bancaire.

Adapter son écriture aux différentes cibles

Avec 12 publications différentes, du bimensuel au semestriel, le travail d’Olivier est varié et exige une bonne capacité à adapter son écriture aux différentes cibles. “On ne dit pas la même chose et de la même façon à 6000 salariés d’une banque et à 4000 clients administrateurs qui n’ont parfois qu’une idée vague de la banque et de ses produits” témoigne Olivier. “Ce qui est passionnant, dans ce métier, c’est d’être à la source de l’information et de faire partager par l’écriture toute cette richesse de l’entreprise et de ses hommes.”

L'école de la communication et des médias